vendredi 30 janvier 2009

Impressions tunisiennes

Un rameau d'olivier se découpant sur un ciel sans nuage, en plein midi dans une oliveraie de Sousse.


Le minaret de la mosquée de Kairouan, en début de matinée.


Une des rares rue sans touriste de la ville de Sidi Bou Saïd, à proximité de Tunis, sous un ciel menaçant.


A l'intérieur du Ribat de Monastir dont la construction remonte en l'an 796. Les couleurs et la chaleur du désert en pleine ville !

mercredi 28 janvier 2009

Merci Persilya


Attentif et curieux, un fier cheval en damier noir et blanc. Est-ce un cheval de courses ou bien de jeu d'échecs ? Que cache ce caparaçon bicolore ?
Pour retrouver d'autres illustrations, vite, vite, allez sur le site recommandé "d'une jeune artiste pleine de talent".

Il est chou, Mistralou !


Quand la température reste sous le zéro,

Il est toujours utile de se mettre un manteau,

Pour garder bien au chaud et son ventre et son dos.

Mistralou mon ami, il te manque le chapeau !!

mardi 27 janvier 2009

Nico méditatif


A quoi peut bien penser un cheval, une fin d'après-midi de décembre ? Peut-être à l'herbe verte et haute du printemps, qui tarde tant à venir.

Bonjour

Après avoir longtemps creusé ma pauvre tête,
Pour tenter de construire le poème le plus court,
Fruit de cogitations, évidence parfaite,
Un mot s'est imposé, je vous le donne : "Bonjour".

Je vous vois rigoler : "le voilà qui déraille !"
Mais ce terme banal, chaque jour prononcé,
Le matin au réveil, dans la rue, au travail,
Cache bien des secrets sous sa simplicité.

Adresser le bonjour à l'inconnu qui passe,
Au collègue de boulot, à l'ami(e) adoré(e),
C'est donner de la joie et chasser les angoisses
Venant de l'âpreté de notre société.

C'est être un optimiste, c'est croire en l'avenir,
C'est aussi se soucier de la personne croisée,
C'est chercher la chaleur rayonnante d'un sourire,
C'est traduire son amour pour toute l'humanité.

Une plaisanterie ? Un exercice de style ?
Mais non, plus simplement, souvenir du passé,
C'est bien sûr, le début de toutes les idylles.
C'est pas là, pour nous deux, que tout a commencé.

Je me souviens encore du soleil du matin
Qui réchauffait ce jour du mois de février,
De cette main tendue, de ce bonjour soudain
qui fait que depuis lors, je ne peux que t'aimer.

Aussi, mes chers amis, en disant dès demain,
Ce mot de rien du tout, ce vocable usité,
Nous serons des poètes, tout comme Mr. Jourdain.
C'est le plus court poème que l'on puisse prononcer !

Janvier 2009

lundi 26 janvier 2009

Il faut bien débuter un jour !


Le jour se lève sur un nouveau monde !
La formule est, je l'avoue, grandiloquente. Mais elle n'est que le reflet de mes appréhensions à débuter sur la toile.
Mais, c'est de votre faute, vous mes parents, mes amis, qui n'avez de cesse de me dire que mes textes sont bien fichus, rigolos, que je devrai créer un blog. Et bien voilà, c'est fait ! Il faut tout de même avouer que sous les éloges, mon ego a tendance à prendre de l'embonpoint. Mais c'est tout de même un peu angoissant de se lancer comme cela.
Angoisse de tomber en manque d'inspiration. Angoisse de ne pas savoir exprimer ses ressentis. Angoisse encore, de ne pas être compris. Angoisse enfin, de recevoir des commentaires (s'il y en a !), qui se révèleront n'être que des critiques acerbes........... bien que "constructives !"
Mais, à cœur vaillant, rien d'impossible, et ce n'est qu'en tentant l'expérience que j'obtiendrai ces réponses.
Alors, vous qui passez, non pas sans me voir, mais simplement sur ce blog, sachez que ma seule ambition est de vous distraire.

En route pour 2009

Il faudrait être fou, ou chercher la déprime,

Pour ne pas profiter, en bon chasseur de rimes,

De l’aisance proposée par le calendrier,

Pour délirer un peu sur cette nouvelle année


Voici venir l’an neuf

La fête pour 2009.


Car l’année qui s’annonce, semble bien difficile,

L’économie, dit-on, est vraiment indocile,

Nous n’entendons parler que de pertes, récessions

Faillite du système, c’est une dépression.


Voici venir l’an neuf

Dure, l’année 2009.


Mais au lieu de pleurer, il faut bien réfléchir,

Une société qui meurt, une chance à saisir ?

Car si l’argent n’est plus au centre des idées,

On peut le remplacer par plus d’humanité.


Voici venir l’an neuf

Le rêve en 2009.


Propos bien utopiques, un retour de jeunesse.

Des hommes qui se comprennent, se gavant de l’ivresse

De croire que l’impossible n’est plus inaccessible,

Que voir un monde en paix, devient enfin possible.


Voici venir l’an neuf

L’espoir en 2009.


Alors mes chers amis, soyons des optimistes,

Cette année sera belle, malgré les spécialistes,

Car cultiver l’espoir, c’est mettre dans le cœur

De chacun d’entre nous, une montagne de bonheur.


Voici venir l’an neuf

Vive l’année 2009


Encore un petit mot, pour ne pas oublier,

De souhaiter de bon cœur, une bonne santé,

Réussite et gaité, pour fêter cet an neuf.

Car elle sera bonne, cette année 2009 !


Non mais !!!


Vivement 2010, une année de délices.....

Janvier 2009