mercredi 16 décembre 2009

L'Anniversaire d'Alex (7)

Episode 7

"J'aurai dû écouter ces conseils avisés,
Et je ne serai pas tenu de me cacher !
Le bruit avait couru qu'au Gabon, quelque part,
Un gorille parlait. Un animal très rare !
Braconniers et chasseurs ratissaient la contrée,
Pensant qu'ils seraient riches, s'ils pouvaient me coincer.
Et moi, comme un ballot, j'allais me balader,
Tout content de revoir ma forêt adorée.
Mon excursion diurne ne dura pas longtemps.
Je fus dans leurs filets, criant, me débattant.
Dès qu'ils virent que j'étais l'animal recherché,
Je fus mis dans une cage, attaché, bâillonné.
Caché dans un camion, je passais la frontière,
Traversais un désert et puis, ce fut la mer.
Je n'étais pas tout seul, sur ce triste rafiot.
Ils avaient embarqué de nombreux animaux.
La plupart d'entre eux n'a jamais vu le port,
Pendant la traversée, de faim, ils étaient morts.
C'est la loi du trafic : un animal vendu,
Signifie qu'il y en a deux ou trois de perdus !
Enfin, je fus cédé à un cirque ambulant.
Je servais d'acolyte à un clown tout en blanc !
J'ai voyagé comme ça, ces deux dernières années,
Faisant rire sur la piste, mais souvent maltraité."

"Tu devais être triste, soupire Calliope.
- Mais alors, dit Alex, Tu as pu t'échapper ?
- Tout à fait, mes amis. Il y a trois semaines,
J'ai saisi l'occasion, en ayant de la veine !
Le camion dans lequel je restais enfermé,
Sur une petite route, a fait une embardée,
Et a filé tout droit, dans le fond d'un ravin.
La cage disloquée, je galopais grand train !
Et depuis ce jour-là, j'ai choisi la prudence
Pour profiter un peu de ces quelques vacances.
Le jour, dans les feuillages, je reste bien caché,
Et la nuit je maraude, pour trouver à manger.
Mais depuis quelques temps, ça devient difficile,
Et si cela perdure, je serai en péril :
Il n'y a plus de fruits, ni pommes, ni melons.
Toutes les feuilles tombent, c'est la morte saison.
Je crois qu'il va falloir que je cesse ma fuite.
Le patron de ce cirque est toujours à ma suite.
Avec son assistant, ils arpentent la région,
Voulant à toute fin, me remettre en prison.
Je suis face, maintenant, à un drôle d'arbitrage :
Soit je meurs de faim, soit je retourne en cage !
Dommage, je voulais tant retourner au Gabon.
- Non, monsieur le gorille, il n'en est pas question !"

(A suivre...)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire